Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Du bruit dans Landerneau

  • Balade New Yorkaise

    Quand je lis les propos de certains dirigeants étrangers, j'ai parfois l'impression qu'il s'agit d'un gag : ces derniers semblent tout simplement trop fous pour être à la tête d'un pays. Et pourtant... La semaine dernière, je suis allé à New York dans le cadre d'un incentive. J'ai pas mal discuté avec d'autres participants, et ça m'a fait un choc, de voir combien de pays sont désormais présidés par des personnalités destructrices. En premier lieu, il y a Trump, qui arrive à se faire remarquer presque tous les jours. Dernièrement, par exemple, il a souhaité laisser sa marque dans le livre d'or du mémorial de l'Holocauste Yad Vashem : il y décrit comme c'était sympa d'être là avec tous ses amis. Un mot qui témoigne du manque total d'intelligence du bonhomme... Après, il y a aussi le fou nord-coréen, qui a exécuté son ministre de la Défense pour avoir sommeillé lors des défilés militaires. Et, last but not least : le président philippin, qui a un vrai problème avec la toxicomanie. Ces trois individus sont franchement inquiétants. Mais de temps à autre, ils peuvent aussi se révéler hilarants. Comme lors de ce moment hallucinant où le président américain aurait qualifié le chef nord-coréen de « fou avec des armes nucléaires ». Et il aurait eu ces mots durant un entretien téléphonique courant avril avec le leader philippin Rodrigo Duterte ! Lors de cette discussion, Trump a même poussé le vice jusqu'à complimenter Duterte pour sa lutte anti-drogue très contestable, énonçant qu'il faisait un boulot extraordinaire . Or, selon Amnesty International, la répression des trafiquants et des toxicomanes a provoqué aux Philippines, dans les sept premiers mois du règne de Rodrigo Duterte, une vague d’exécutions sommaires et de meurtres extrajudiciaires commis par les forces de l’ordre ainsi que par des milices locales. Au cours de ce même entretien, Trump aurait expliqué à quel point il avait bien plus d'armes nucléaires que Kim Jong-Un. En bref, le coup de fil d'un être irresponsable à un excité du bocal, dénigrant un paranoïaque irascible et inconscient. Ca ne manque pas d'ironie ! En tout cas, cet incentive à New York était vraiment excellent : le programme était très original. Jetez donc un oeil à ce site, si vous êtes en quête d'idées nouvelles pour vos incentives. Davantage d'information sur cette incentive aux USA en allant sur le site de l'organisateur.

  • L'origine du CPDSI

    Des années de terrain, aux côtés des professionnels de la jeunesse, des élus et des familles, concernés par ces phénomènes d’emprise et d’endoctrinement, ont mis en lumière l’émergence de comportements de rupture (scolaire, professionnelle, amicale, familiale, sociétale), essentiellement de la part de mineurs ou de jeunes majeurs. Ce phénomène social nouveau inquiète les professionnels, qui manquent d’éléments pour évaluer ce qui sous-tend ce type d’emprise mentale. Par manque de formation sur ce sujet, ils hésitent pour faire la part des choses entre ce qui relève de la pratique de l’islam et ce qui révèle l’endoctrinement radical. Les parents dont les enfants subissent un endoctrinement sont tout aussi démunis, quelles que soient leurs convictions, du fait qu’ils se retrouvent seuls. Enfin, les représentants de la loi se plaignent d’obtenir les renseignements trop tard : seule la répression est alors possible. In fine, les familles et les professionnels de terrain aspirent depuis de nombreuses années à la création d’une structure qui puisse les accompagner dans leur réflexion et leur action. C’est pour répondre à cette urgence sociétale, accentuée pour les jeunes concernés par les possibilités de partir combattre en Syrie (ou sur d’autres lieux de combat), que le CPDSI a été créé.

  • Forte densité de population

    Samedi dernier, j'ai opéré un vol en hélico à New York. Ca m'a bien plu, mais je me demande jusqu'à quand nous pourrons profiter de ce genre d'activités. Il suffit en effet d'observer les diverses catastrophes naturelles qui font actuellement des ravages un peu partout pour se demander à quoi ressemblera notre monde d'ici la fin du siècle. Si les prévisions des climatologues sont avérées, il est clair que les catastrophes comme celle de Saint-Martin deviendront journalières d'ici quelques décennies. Il ne s'écoulera pas un jour sans qu'un ouragan dévaste des îles. Si celles-ci ne sont pas d'ores et déjà submergées par la montée des océans. Personnellement, je pense que même les îles restantes seront abandonnées par la population, et que les gens se replieront vers l'intérieur. Dans la même veine, comme les zones tropicales deviendront brûlantes, toute la région équatoriale sera potentiellement abandonnée pour des régions plus attractives. Les régions situées le long des lignes de faille, qui deviendront trop dangereuses, seront de même délaissées. Et tout ça nous conduit à des flux migratoires terrifiants : représentez-vous dix milliards d'habitants condensés en zone tempérée, à l'écart de la côte... Pas besoin d'être Einstein pour comprendre que les régions qui correspondent manquent cruellement ! Il est donc clair que nous nous entasserons un jour dans des mégalopoles surchargées. Un monde dans lequel certains citadins passeront toute leur vie, comme ça se produit déjà à Tokyo. Je connais un couple d'amis qui y a vécu et qui m'a décrit que certains résidents n'ont jamais connu autre chose que le béton ! Dans le futur, réaliser une virée à la campagne sera un luxe destiné aux gens aisés ; les autres devront se contenter d'un monde résolument urbain. Les cauchemars urbains imaginés par les auteurs des oeuvres de SF ne sont pas si absurdes qu'on pouvait le croire ! A part ça, je vous conseille le vol en hélicoptère : j'ai passé un excellent moment. Tenez, vous pouvez voir le le site sur lequel j'ai dégoté cette expérience. Davantage d'information sur cette activité de baptême de l'air en hélicoptère à New York en surfant sur le site de l'organisateur.