Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Du bruit dans Landerneau - Page 4

  • Les prisons et le terrorismes

    Dimanche, dans une prison française, plusieurs détenus ont refusé de regagner leur cellule pendant des heures. Deux surveillants ont été blessés suite à l'incident. Gabrielle Mouesca, ex-président de l'Observatoire international des prisons (OIP) indique à Sputnik que la recrudescence d'incidents s'explique par une surpopulation dans les prisons. Dans la prison de la ville de Valence, dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes, des prisonniers ont dérobé un jeu de clé et ont tenté de mettre le feu à un matelas. Deux surveillants ont été légèrement blessés suite à l'incident. Les prisons allemandes surpeuplées à cause des réfugiés Un acte de mutinerie qui s'expliquerait par un manque d'effectif, selon Matthieu Perez, secrétaire régional du syndicat des surveillants SPS. « Les détenus connaissent les lacunes que nous avons dans la gestion des établissements », a-t-il affirmé. Et ce alors que le gouvernement vient quant à lui d'annoncer la création de 10 000 places supplémentaires en prison. Gabrielle Mouesca, président de l'Observatoire international des prisons (OIP) de 2004 à 2009, commente cette situation dans un entretien accordé à Sputnik. « Oui, les chiffres montrent, qu'en comparaison avec la période équivalente de 2015, il y a une augmentation de 33 % des incidents dans les établissements pénitentiaires français. Donc, à l'évidence, il y a un phénomène aujourd'hui de recrudescence d'incidents », a-t-il souligné. Selon lui, il y a à l'évidence la question de la surpopulation, cependant, ce phénomène est ancien. En outre, la situation s'explique par la lutte contre le terrorisme menée par l'Etat français, ce qui a conduit à l'adoption des lois qui s'appliquent dans les prisons, estime M. Mouesca. « Aujourd'hui, à l'évidence, la prison est un des lieux, je dirais, de l'actualité de la lutte antiterroriste et, malheureusement, la totalité de la population pénale a d'une façon ou d'une autre à souffrir des conséquences de ce renforcement sécuritaire des établissements pénitentiaires », a noté l'expert. Prisons françaises: des conditions plus strictes pour les détenus radicalisés Répondant à la question de savoir si l'ouverture de nouvelles prisons aidera à résoudre le problème de surpopulation, M. Mouesca a pointé que tous les observateurs s'accordent à dire que c'est une non-solution. Selon lui, la construction de nouvelles prisons n'a qu'une conséquence qui est celle de remplir ces nouvelles prisons et de se retrouver à nouveau face à une situation de surpopulation. « On sait que pour s'attaquer réellement au phénomène de surpopulation, il faut appliquer des peines qui ne sont pas la mise en détention. Le code pénal prévoit aujourd'hui, enfin légiférer de façon supplémentaire, des sanctions qui ne sont pas la prison », a fait valoir l'interlocuteur de Sputnik.

  • Hitler et la drogue

    Tout est permis en temps de guerre? Les soldats du Troisième Reich s'avèrent avoir fortement abusé de la meth dans les années 1940 l'utilisant comme stimulant et analgésique. Lors de l'invasion par l'Allemagne de la France en mai 1940, les combattants de la Wehrmacht consommaient activement de la méthamphétamine, en prenaient plusieurs comprimés par jour et ce selon des prescriptions médicales, a révélé l'écrivain allemand Norman Ohler au Guardian. L'hôpital où Hitler a été traité: une scène à donner le frisson Le stupéfiant a pénétré l'armée en tant que stimulant et moyen de faire face à l'épuisement, explique M. Ohler dans son livre « L'extase totale » (« Der totale Rausch ») qui fait la lumière sur les relations du Troisième Reich avec la drogue, dont la cocaïne, l'héroïne, la morphine et la méthamphétamine. Tandis que l'Allemagne préparait l'invasion de la France par les Ardennes, « l'aide médicale » sous forme de méthamphétamine a été envoyée aux docteurs sur le front avec la consigne d'en prendre un comprimé pendant la journée, un dans la soirée et deux comprimés supplémentaires deux ou trois heures plus tard. La guerre éclair a-t-elle donc été le résultat de la consommation de méthamphétamine au sein de la Wehrmacht? « L'invasion en France est devenue possible grâce à la drogue », a expliqué M. Ohler. « Pas de drogue, pas d'invasion. Lorsqu'Hitler a appris le plan d'invasion via les Ardennes, il lui a plus. Mais le commandement suprême a dit: "il est impossible, nous devons nous reposer pendant la nuit, et ils (les alliés, ndlr) reculeront et nous resterons seuls dans les montagnes" ». Puis, l'armée allemande a reçu de la méthamphétamine, ce qui a permis aux militaires de rester éveillés pendant trois jours et trois nuits de suite et ainsi de mener cette opération. Du coup, la drogue est devenue une arme puissante dans les mains du commandement allemand. Le suicide d’Hitler, a-t-il une suite qui se continue en Argentine? M. Hitler lui-même recevait de son médecin personnel Theodor Morell de l'oxycodone provoquant une forte euphorie et ayant un effet analgésique. Par la suite, le führer a commencé à combiner l'oxycodone avec de la cocaïne en grandes quantité afin de se débarrasser des maux de tête. De ce fait, il a atteint les portes de la mort en drogué « expérimental » avec des veines dévastées. Alors que la drogue n'était pas un sujet prioritaire pour les historiens, l'écrivain Norman Ohler a vraiment apporté plus de clarté sur le fonctionnement de l'armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. Parmi ses sources, M. Ohler s'est servi de la copie de la lettre de Martin Bormann, le secrétaire d'Hitler, où il suggérait que la « médication » de ce dernier devait être contrôlée à cause de sa santé instable et de plus en plus fragile. Le livre de Norman Ohler a été publié en Allemagne l'année dernière et est vite devenu un bestseller. Il a déjà été traduit en 18 langues.

  • Sao Paulo ou le challenge gagné de l'urbanisation

    Depuis le début des années 1970, Sao Paulo se caractérise par une croissance démographique forte, nécessitant des adaptations structurelles importantes, notamment en termes de transports. Son histoire économique est également marquée par les crises économiques et financières ayant frappé le Brésil dans les années 1980 et 1990. La reconstruction, tant sur le plan national que local, s'est traduite par la dérégulation de l'économie et des vagues de privations dans le secteur minier, les industries sidérurgiques, les utilities (électricité notamment) et les télécommunications. Dès lors, Sao Paulo a connu une croissance relativement forte, de 2,7% par an en moyenne sur la période 1995-2010. Sao Paulo s'appuie largement sur son industrie manufacturière, bénéficiant d'avantages comparatifs forts, tels que la qualité et le faible coût de la main d'oeuvre, les débouchés du marché domestique et la présence du 1er port d'Amérique Latine32. L'industrie manufacturière s'articule autour de quatre secteurs historiques : l'agroalimentaire, l'automobile, le plastique et l'aéronautique. L'économie locale s'appuie également sur les services financiers, qui représentent environ 30% du PIB primaire. Le développement économique de Sao Paulo repose sur un plan stratégique décennal porté par la Mairie. Alors qu'un nouveau plan est actuellement à l'étude, Sao Paulo dresse le bilan du plan stratégique 2002-2012. L'objectif premier de celui-ci a été d'améliorer la qualité de vie de la métropole, notamment par le biais de la réduction des inégalités, de l'éducation de la population, de la lutte contre la criminalité et de la préservation de l'écosystème. Ce plan comportait également un volet économique, visant à mettre en place une politique de développement du tourisme, de favoriser l'innovation technologique et de promouvoir les investissements étrangers dans la métropole. Si la Mairie de Sao Paulo porte le plan stratégique de développement, la gouvernance économique en tant que telle est partagée entre la Mairie et l'Etat Fédéral de Sao Paulo. Cette gouvernance à 2 niveaux, et la rivalité entre les différentes entités qui en découle, pose un problème de coordination sur les orientations économiques de la ville. D'avantage d'information sur Challenge Commercial.