Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

hitler

  • Hitler et la drogue

    Tout est permis en temps de guerre? Les soldats du Troisième Reich s'avèrent avoir fortement abusé de la meth dans les années 1940 l'utilisant comme stimulant et analgésique. Lors de l'invasion par l'Allemagne de la France en mai 1940, les combattants de la Wehrmacht consommaient activement de la méthamphétamine, en prenaient plusieurs comprimés par jour et ce selon des prescriptions médicales, a révélé l'écrivain allemand Norman Ohler au Guardian. L'hôpital où Hitler a été traité: une scène à donner le frisson Le stupéfiant a pénétré l'armée en tant que stimulant et moyen de faire face à l'épuisement, explique M. Ohler dans son livre « L'extase totale » (« Der totale Rausch ») qui fait la lumière sur les relations du Troisième Reich avec la drogue, dont la cocaïne, l'héroïne, la morphine et la méthamphétamine. Tandis que l'Allemagne préparait l'invasion de la France par les Ardennes, « l'aide médicale » sous forme de méthamphétamine a été envoyée aux docteurs sur le front avec la consigne d'en prendre un comprimé pendant la journée, un dans la soirée et deux comprimés supplémentaires deux ou trois heures plus tard. La guerre éclair a-t-elle donc été le résultat de la consommation de méthamphétamine au sein de la Wehrmacht? « L'invasion en France est devenue possible grâce à la drogue », a expliqué M. Ohler. « Pas de drogue, pas d'invasion. Lorsqu'Hitler a appris le plan d'invasion via les Ardennes, il lui a plus. Mais le commandement suprême a dit: "il est impossible, nous devons nous reposer pendant la nuit, et ils (les alliés, ndlr) reculeront et nous resterons seuls dans les montagnes" ». Puis, l'armée allemande a reçu de la méthamphétamine, ce qui a permis aux militaires de rester éveillés pendant trois jours et trois nuits de suite et ainsi de mener cette opération. Du coup, la drogue est devenue une arme puissante dans les mains du commandement allemand. Le suicide d’Hitler, a-t-il une suite qui se continue en Argentine? M. Hitler lui-même recevait de son médecin personnel Theodor Morell de l'oxycodone provoquant une forte euphorie et ayant un effet analgésique. Par la suite, le führer a commencé à combiner l'oxycodone avec de la cocaïne en grandes quantité afin de se débarrasser des maux de tête. De ce fait, il a atteint les portes de la mort en drogué « expérimental » avec des veines dévastées. Alors que la drogue n'était pas un sujet prioritaire pour les historiens, l'écrivain Norman Ohler a vraiment apporté plus de clarté sur le fonctionnement de l'armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. Parmi ses sources, M. Ohler s'est servi de la copie de la lettre de Martin Bormann, le secrétaire d'Hitler, où il suggérait que la « médication » de ce dernier devait être contrôlée à cause de sa santé instable et de plus en plus fragile. Le livre de Norman Ohler a été publié en Allemagne l'année dernière et est vite devenu un bestseller. Il a déjà été traduit en 18 langues.